Connect with us

Coup Doeil

Coup D’oeil Sur Les Textes Musicaux: Limena by Disip de Gazman

Published

on

Gazman Disip
Lumen, Luminis mots latins signifiant lumière.(1). Puisque le créole est la dernière des langues latines, *Lumenna* qui, dans le context haitïen, veut dire *Fanm tou lumen* aurait vraissemblablement puisé son sens du mot latin “lumen”. Vue la structure bancale de la langue créole en matière de style *lumenna et limenna* se permuttent très souvant.
En effet, de plus en plus concernés par la réalité ou l’image que projette cette catégorie de femmes(lumenna), les groupes musicaux de tous genres confondus tels que System Band, Vag la vi Raboday, font de ce theme le titre spécifique de leurs chansons. La dernière en date est celle de la bande à Gazman avec son nouveau texte *limenna*. Texte sur lequel on tient à jeter un coup d’oeil particulier avec des regards croisés et des approches multidisciplinaires.
Ce coup d’oeil mettra en évidence la forme et le fond du texte tout en éssayant de garder l’aspect d’une critique analytique constructive.
*(1) julie et léa 2nd6 Lycée Augustin Thierry 41 Blois.*
*Forme:
Limenna est un texte écrit et chanté par Gazman le band leader. La mise en musique du texte et les arrangements sont assurés par Dano. La chanson se refère au genre musical “konpa dirèk”. rythme le plus populaire de l’arsenal musical Haïtien. En fait, limenna se présente sous la forme d’un texte à charactère social.
Le texte comporte 2 chorus: un chorus d’intro et un chorus principal.
Chorus d’intro: Limenna rive.
                         Jwèt la pral gate.
Chorus principal: Limenna m’ ye.
                            Se limenna m’ ye.
                             Limenna map mouri tou limenna.
Le texte contient aussi 4 strophes, cependant, les 2 dernières se présentent plutot sous forme de chorale ou les chanteurs se rapprochent beaucoups plus de l’unisson. Ce qui les différencie des 2 premières strophes.
Strophe I:
                Bagay yo chanje
                Medam yo pa jwe. […]
Strophe II:
                 Limenna son gran fanm.
                 Limen tankou fanm. […]
Il faut aussi dire que la deuxième srtophe se termine par une chorale.
Strophe III:
                 Se pou gran fanm la ye.
                 Pou gran jupon la ye. […]
Strophe IV:
                  Limenna yo rive.
                  Ouvè ba yo pase. […]
Si l’on se rend compte de l’ensemble du texte et de la deuxieme strophe en particulier, on peut sans nul doute déduire que le texte est descriptif.
Voila en quelque sorte comment se présente l’aspect physique du texte.
*Fond:
        L’idée dégagée dans le texte ne peut etre saisie sans tenir compte de la manière dont l’auteur conceptualise limenna, la percéption attribuée à limenna et l’image qu’il conçoit de limenna. Cette image se présente sur 4 aspects: économique, physique, social et culturel.
I- Aspect économique:
         – Les gammes de produits consommés par Lumenna expliquent bien sa capacité économique et son pouvoir d’achat éxceptionnel.
Limenna ki bos.
Louis Vuitton, Gucci
Versace, Prada.
Louboutin, sa limenna mete. Strophe I
II- Aspect physique:
           – La nature, dans sa clémence accorde une beauté extraordinaire à lumenna si l’on veut  prendre l’auteur du texte aux mots.
Limenna son gran fanm.
Limen tankou flanm.
Se yon fanm ki bèl.
Li tankou yon mèvèy.
Li san parèy. Strophe II
III- Aspect social:
            -Une femme éduquée, émancipée avec un rang social inégalé. Une femme indépendante qui garde la tête haute. Une femme qui tient beaucoups à son ètre et son paraitre.
Yon fanm edike.
Ki konn sa li vle.
Moun pa ka blofe’l. Strophe II
IV- Aspect culturel.
            -Femme dont le monde de la mode l’appartient. Une femme avec une vision éxceptionnelle de la vie. Sa facon de s’habiller, sa posture, sa classe traduisent ce qu’elle est. * Nan oken ka li pa ka pase inapèsi*
Yon fanm gran jupon.
Toujou a la mod.
Bèl kikit, chapo.
rouj a lèv toutan.  Strophe II.
L’auteur du texte présente lumenna comme un modèle de femme réussite, un modèle de femme accomplie si l’on se rend compte des 4 aspects du texte. C’est en quelque sortes, un modèle de femme que tout homme aspire d’avoir, un mirroir. Cependant, la réalité dit bien le contraire.* Pa gen yon fanm yon nèg rele limenna kelke swa ton ou ititlize an poul pa wè’l tankou yon enjur, yon mokri*. Pas parce qu’elle n’est pas à la hauteur du titre mais, parce que la réalité accouche bien une image différente de celle que l’auteur décrit.
Le chorus principal: Limenna m’ ye.
                                Se limenna m’ ye.
                                 Limenna map mouri tou limenna, est un plagiat du troupe théatral *peyizan lakay* avec son feuilleton peuple s’amuse. Le plagiat n’est pas mauvais en soi, puisque tant de groupes musicaux l’ont fait. Skah Shah par exemple avec sa chanson Ozanana. Mais, copier pour copier, c’est à dire copier sans rien apporter de nouveau est un problème.
En effet, l’auteur chante lumenna pour faire passer quel message? Pour attirer l’attention des mélomanes en quoi? Dans quel bojectif et à quelle fin il la chante? Ce sont des quéstions auxquelles les réponses ne sont pas retrouvées dans le texte. Tout ce que l’auteur dit a été déja dit par d’autres groupes musicaux qui font de ce theme le titre de leurs chansons.
Il n’y a  donc pas de faits éxceptionnels, d’intrigues, dans le texte qui pourraient  apporter de l’originalité. Ce qui fait que le texte n’a rien de consistant, rien de nouveau à retenir en mémoire.
*Musique:
La musique a une durée de 5:50 sec éxploitées en paroles, slogans et sons. L’orchestration ne fait pas la différence par rapport à ce qu’on a l’habitude d’entendre. En un mot il n’y a rien d’extraordinaire. *Pa gen yon wow sa bon wi*. C’est comme si le temps et le marché ne dictent rien aux musiciens. C’est en effet une chanson sobre qui ne répond pas à l’attente du marché musical et qui n’étanche non plus la soif des mélomanes qui attendent d’un Gazman muri, d’un disip qui, malgré tout, tient encore leurs confiance, un exploit, un HIT. Leurs langues sont encore pendues.
En fin de compte,* tankou provèb kreyol lan dil, se nan avan vèy fèt pou konnen  koman fèt ap pase* C’est vrai qu’on ne peut juger un groupe à partir d’une seule chanson mais, est-ce que cette chanson ne nous laisse pas voir deja l’ombre de l’album à venir? On verra bien ce qu’apportent d’autres morceaux du prochain album. On espère bien que l’éxigence du marché, l’attente des mélomanes et la compétition inter groupes en ce qui concerne la production de musique de qualité  soient prises en considération.

Mannopetit pour le compte de konpaevents.
Manno Petit

Comments

Coup Doeil

Coup D’oeil Sur Les Textes Musicaux: Until When by Nu Look [ My Time ]

Published

on

By

Réputé pour son lyrisme fourdoyant, le déchargement incessant de son fond intérieur et son talent musical hors pairs qui ne laissent inexpressif les coeurs et les lèvres des mélomanes, Arly Larivière, une nouvelle fois accroche ses fans à son univers.

Non seulement pour les faire savouer les chansons les unes aussi alléchantes que les autres, mais aussi pour les faire entendre à haute voix ce que leurs âmes souffrent en silence. “Until when” est l’une de ces chansons tirée de son dernier opus que nous tenons à passer au scrible de nos critiques constructives dans le cadre de notre rubrique.

Forme:
Titre du texte: Until when.
Texte écrit par: Arly Larivière.
Mise en musique et interprété par: Arly Larivière.
Le texte comprend 5 strophes avec un bridge qui divise la première strophe en deux parties.

Bridge: M’aksepte, m’aksepte ase.
M’andure, mwen andure trop.

3 chorus placés par ordre d’importance. Un chorus principal écrit en anglais et 2 autres respectivement écrits en 4 langues différentes.
chorus 1: You’re my mentor […]
chorus 2: Je n’en peux plus […]
chorus 3: If you don’t want me […]

Le texte, dans son ensemble est écrit en prose et garde un caractère éxplicatif et une nature funeste.
Strophe # Si juskoulya mwen atriste se paske mwen kwè nan asirans ou te ban mwen.
Plusieurs figures rhétoriques se font sentir dans le texte.( comparaison,métaphore, hyperbole, pléonasme)

I: Comparaison: Gen moun ki konprann la solitude
Se le’w pa gen pesonn ave’w. (comparant)
Poutan ou k akonpanye ou seul. (comparé)

II: Métaphore: Lé mwen ouvri ké mwen ba ou.
Menm si ou wè mwen pa pale
pa ke’m pa gen aspiration.

III: Hyperbole: Mwen fèmen je’m kite’w mennen’m
nan direksyon’w te vle.

IV: Pléonasme: Je n’en peux plus.
M’ pa kapab anko.[…]

4 langues sont utilisées dans le texte, ce qui montre l’aspect polyglotte du texte.( anglais, francais, créole et espagnol).

Ce coté polyglotte des textes se font toujours remarquer chez les musiciens vivant aux usa. Ce n’est pas une éxigence du marché de la musique. C’est plutot un choix déliberé qui, tres souvent torture, la comprehension et le sens des textes.
Les strophes n’ont pas de même longueurs. Cela peut se comprendre vu la manière dont la mélodie épouse les mots.

Du point de vue de la morphologie, il n’est pas normal qu’un texte, titré en anglais, soit écrit en 4 langues différentes. Cela suscite une cacophonie, un “tchaka”, un probleme de style.
Il y a aussi l’absence totale de signes ponctuations pouvant déterminer le caractère expressif des différentes parties du texte, surtout là ou une langue étrangère est utilisée. Il est donc inacceptable de produire un texte sous une forme pareille. Cela créerait beaucoups plus d’embarras à ceux qui chercheraient à lire entre les lignes du texte.

Fond:
Pour comprendre la nature de ce texte, il suffit de regrouper les mots clés.
Strophes I: minimize, andure.
Strophes II: solitud, mizerab.
Strophes III: detwi a l’interieur.
Strophes IV et V, imilye, meprize, atriste.

C’est un ensemble de mots qui forment la nature funestes du texte. L’auteur vide son fond interieur pour éxprimer sa souffrance, son état dépressif, son dégout, sa propension au pessimisme. tout ceci explique aussi la potentialité de l’auteur à se mettre dans la peau de tous ceux qui souffrent en silence leurs réalités
quotidiennes des relations amoureuses.

Il y a un probleme au niveau du premier chorus, consideré comme le chorus principal, vu sa taille et sa position dans le texte. Il est écrit en anglais certes, mais une traduction nous conduit au fait qu’il n’embrasse pas totalement l’idée centrale du texte, la philosophie dégagée dans le texte. En outre, cette

Phrase: I gave you my willing, it is never enough, est boiteuse. willing est un adjectif et willingness parait le mot qui convient. Les 2 autres chorus charrient beaucoups plus l’idée centrale du texte. en d’autres termes, ils tiennent l’âme du texte. c’est dans ces chorus que l’on retrouve le message et la morale du texte: If you don’t want me anymore Why don’t you say it loud and clear[…]

Le fond du texte est riche, solide et contient assez de substances pour comprendre ce que l’auteur dégage de son fond interieur pour apporter aux fans un message précis.

Orchestration:
La nature funeste du texte s’incorpore avec l’orchestration dés l’introduction de la musique. Les sons utilisés, en particulier, le son roc et la mélodie instrumentale charrient le sentiment mélancolique exprimé par l’auteur.

Cependant, arrivé au ‘solo keyboard, la musique change d’expression. Le solo tue la nature funeste de la musique. La solitude exprimée par l’auteur change d’un coup à une joie venue de nulle part. L’expression du solo n’est pas appropriée à la philosophie de la musique. Le Konpa est dansant, c’est un aspect incontournable de ce rythme, certes, mais nos musiciens confondent tres souvent l’aspect dansant du konpa, le choix des sons et l’expression du sentiment qu’ils dégagent.

La musique dure 7:06 sec, c’est trop, c’est presque la durée d’une méringue carnavalesque.
Si l’on tient compte de l’inadéquation qui existe entre la nature du texte, le solo keyboard qui exprime plus de joie que de tristesse et la durée de la musique on se rend compte tout de suite qu’il y a un probleme de structure musicale.

Le mixage, en quelque sorte, handicape la beauté de la musique. Une sensation de haut et de bas se fait sentir de temps en temps tout au long de la musique. En outre, les paroles du chorus principal ne sont pas assez claires et audibles.

En fin de compte, la musique “Until when” en dehors des différents problemes retrouvés, dégage un message assez important, Une solide leçon de moral. L’auteur invite tous ceux qui entretiennent une relation amoureuse de ne pas profiter de l’amour pour tenir l’autre prisonnier de son propre sentiment. Le faire souffrir. Bravo!

Manno Petit pour le compte de Konpaevents

Manno Petit

Comments

Continue Reading

Coup Doeil

ANALYSE MUSICALE : Eksperyans, Du Groupe Musical Dat7

Published

on

By

Dat7

Dat7

ANALYSE MUSICALE : Eksperyans, Du Groupe Musical Dat7

Par Jean Carry Joseph – 06 Mars 2016.

Chanson
Genre / Rythme Groupe musical

INTRODUCTION

: Eksperyans : Konpa
: Dat7

Cette analyse musicale a pour but de déceler la structure musicale, la tonalité, les enchainements d’accords, la mélodie et l’orchestration du dernier «single» du groupe Dat7 intitulé EKSPERYANS. Chanson avec une intro instrumentale ou prédomine le keyboard et une mesure avec une signature rythmique 4/4.

LA STRUCTURE

Ce morceau possède une structure relativement simple et est construit sur le modèle « A-B-A-B- C-C », d’où A = Couplet 1, B= Couplet 2 et C= couplet 3. L’enchaînement est fait suivant l’ordre indiqué. Pour plus de détails sur la « colonne vertébrale » du morceau, nous pouvons établir sa structure de la façon suivante :

  1. Intro
  2. Couplet 1
  3. Couplet 2
  4. Couplet 1
  5. Couplet 2
  6. PONT(Passage avec un air de cuivres synthétiques + un mini solo de guitare rock synthétiquesaussi)
  7. Solo Keyboard
  8. Couplet 3
  9. Refrain
  10. Couplet 3
  11. Refrain
  12. Solo Keyboard
  13. Outro

LA TONALITÉ

En analysant la mélodie et les accords de ce morceau, on peut facilement se rendre compte que la note « Ré dièse » revient de façon fréquente. Si on analyse le premier, le troisième et le dernier accord de la gamme dans lequel s’inscrit le premier couplet on constatera bien que le premier accord est « Do mineur », le troisième est le « Mi bémol majeur septième » et le dernier accord de la gamme est « Si bémol 7 », ce qui répond au principe que toute tonalité mineure a sa Tonique mineure, sa tierce majeure et son septième degré majeur. Donc la chanson a pour tonalité « Do mineur ».

musicnote

Figure 1-Nature d’une gamme mineure (naturelle)

L’ENCHAINEMENT DES ACCORDS

Figure 2-Enchainement des accords de la chanson – Couplets 1 et 2

Sur ce schéma, j’ai pu repérer tous les accords des couplets 1 et 2, au-dessus de chacun d’eux leurs degrés (c’est-à-dire leur place dans la gamme) : Do mineur septième (Cm7) – Fa mineur septième (Fm7) – Si bémol septième (Bb7) – Mi bémol majeur septième (EbMaj7) et Sol septième (G7). Aussi, j’ai noté au-dessous des accords les paroles chantées (extrait du premier couplet) avec les notes respectives sur la tablature (TAB) de guitare, afin de mieux étayer l’analyse au niveau de l’enchainement des accords.

En effet, comme on peut le constater il y a une sorte d’alternance de 2 accords mineurs suivis de 3 accords majeurs, et cette alternance entre les accords mineurs et majeurs donne à la chanson une sensation de tristesse, de complaintes venant de quelqu’un qui ne veut pas perdre quelque chose de précieux.

Aussi, il est à remarquer la répétition de certains motifs, donc il y a l’utilisation de la même suite d’accords pour 2 couplets différents. Cette technique est très répandue en composition.

LA MELODIE

La mélodie des paroles chantées dans le morceau est recensée puis retranscrit dans la tablature de la figure 2. En analysant de plus près les accords de la chanson, on se rend compte qu’ils sont issus de la tonalité générale du morceau : Do mineur. La mélodie de de cette chanson peut être facilement retenue. En effet, la simplicité de la chanson, des paroles, a permis aux vocalistes (« lead vocal et background vocal ») de tenir les notes dans leurs justes mesures et aussi d’accentuer sur le côté mélodique.

L’ORCHESTRATION

Il s’agit d’une orchestration simple et assez épurée. Comme nous l’avons dit plus haut, la chanson est introduite par un passage instrumental avec une présence soutenue du keyboard et une mesure avec une signature rythmique 4/4. On a cette sensation qu’elle n’est composée que de 6 instruments : le keyboard, le synthé, la basse, la guitare, la batterie, la voix principale et le background vocal. Pour une musique dansante, le rôle de la batterie et de la basse est prépondérante au niveau de la ligne rythmique, grâce à un tempo modéré qui facilite la danse. L’harmonisation, avec l’alternance des accords rend la chanson comme un tout homogène et cohérent. La mélodie, le refrain y compris les solos de keyboard, jouent leur rôle de capter les oreilles et d’inviter à « danser collé » comme le veut la musique Konpa.

CONCLUSION

En somme, les paroles ont véhiculé le message compris dans la base de la chanson. La structure musicale pour une chanson de ce type est, comme nous l’avons constaté, très simple. D’une tonalité en « Do mineur » avec des accords alternés (mineurs / majeurs), une mélodie également simple et facile à retenir, l’orchestration comme un tout homogène reste cohérent suivant, l’enchainement des accords, la ligne rythmique, la ligne mélodique et l’harmonisation. Le talent du chanteur se fait également sentir par la justesse de sa voix sur les différentes notes de la ligne mélodique. La « charpente » musicale est bien travaillée selon la logique d’une chanson Konpa.

En guise de recommandation, nous dirions qu’il faudrait travailler un peu le refrain ou encore il faudrait voir s’il n’y a pas moyen de capter beaucoup plus les fans et attirer beaucoup plus l’attention. Il serait bon d’ajouter un solo de guitare. A mon avis un solo de guitare acoustique et puis, peut-être terminer par un « groove » de guitare électrique qui dialoguerait avec le solo de keyboard pour terminer… Dernière chose, mwen twouve ke « chantè a ta dwe fè plis dyòlè toujou paske msye gen bon jan vokal pou l vann dyaz la !! (Rires) ».

Comments

Continue Reading

Coup Doeil

Coup D’oeil sur Les Textes Musicaux: Ca Va by El Shamma

Published

on

By

El Shamma-366x480
Si vous demandez préremptoirement à une personnalité écclesiastique de domination protestante, en particulier, vieille de 40 ans de ministère, combien avez-vous d’albums de groupes ou d’artistes évangéliques?
C’est certain les réponses vont pleuvoir en ce sens:
-Les chansons des artistes et groupes évangéliques de nos jours n’ont rien de spirituel, alors j’en ai pas.
-Les musiciens et les artistes évangeliques de nos jours sont trop charnels, Dieu ne prend pas plaisir dans ce qu’ils produisent, alors moi non plus.
-Les chants d’éspérance et Haiti chante avec Radio Lumière me suffisent.
-Trop de konpa, leurs chansons ressemblemt beaucoups trop à celles des paiens.
-Je m ‘en moque des chansons d’aujourd’hui, car celles des années 60,70,80 étaient meilleures.
Ce n’est pas aussi étonnant de trouver un qui possède au moins 1 ou 2 albums et qu’il auditionne à chaque fois même pendant des années.
Ces personnalités ou les membres d’église de domination protestante ont oublié que les musiciens, non seulement, tissent un rapport vertical avec Dieu dans leur croyance( spiritualité) mais aussi, une relation horizontales avec le milieu dans lequel ils évoluent(économique, social). Cependant, en dépit de cette indifference et l’absence quasi totale de support manifestement exprimées à l’égard des musiciens, ils sont toujours les premiers à monter au créneau pour critiquer les musiciens qui sont allés exercer leurs talents dans des groupes mondains.
Les membres d’église ont vite et même très vite oublié que la musique ne se fait pas seulement pour jouir du plaisir que cela procure, elle a ausi une valeur marchande pour pourvoir aux besoins de toutes sortes des musiciens, groupes et artistes évangéliques. “un mon frère la paix soit avec toi” tue l’energie, le temps et l’argent dépensés par l’artiste pour produire son oeuvre. En ce sens la parole devient amère quand le pain fait défaut. Alors pour répondre aux besoins économiques et socaiux les plus urgents bon nombre de musiciens se sont laissés attirer par le marché de la musique paienne.(Konpa). Et le konpa se tient debout aujourd’hui grace à eux.
De ce point de vue, nous présentons le groupe musical EL SHAMMA, qui malgré vents et marées et sa condition d’évolution dans le milieu évangélique tient encore les deux bouts.
*EL SHAMMA*
El Shamma is a gospel band that was founded by Ricardo Placide, who is the band leader. He was in search of a way to capture the hearts of many lost, hurt and emotionally damaged people. he wanted a way to explain to them through the arts of music that whatevver they were going through, God has alwas the last word. With that bright idea, he created El Shamma in 2008, El shamma which started as a worship band. El Shamma then grew over the year as well known, Gaspel Christian Band in the Haitian Community, ministering in various style such as Konpa, Reggae, Country, Rock etc..
Mission:
El shamma’s mission is to win over souls through all differents nations, races and age.
Vison;
His vison is to be true representative of Christ of those searching for something bigger than themselves.
Goal:
His goal is to see that everyone that listens to his music moves towards Christ, and that the band may help to serve everyone’s purpose through his music.
Chanson:
La chanson *ça va* est une nouvelle composition tirée de son dernier opus de l’année 2015. Elle est ecrite et produite par Ricardo Placide.
Cette chanson décrit de manière globale la gandeur de Dieu. L’auteur du text montre que Dieu peut intervenir dans les moments les plus sombres de la vie une fois qu’on lui fait confiance, une fois qu’on lui donne le plein control de sa vie.

Musique:
A entendre la musique, on peut indubitablement ressentir que l’orchestration est moulue par des des musiciens chevronnés et la musique est d’une ahurissante et profonde inspiration. Les arrangements et les sons choisis décrivent bien l’oeuvre d’un professionalisme muri. d’un jeu d’ensemble funambulesque.

En fin de compte, la nature a horreur du vide. si le marché de la musique évangélique n’accorde pas trop d’importance aux valeurs de ses propres musiciens, groupes et artistes, ils constituent bien aujourd’hui le back bone de la musicque paienne du genre konpa.

Ils sont les meilleurs chanteurs, choristes, musicens et compositeurs. L’Eglise protestante d’une manière latente represente la structure de base de la musique haitienne puisqu’il n’y a pas une Ecole Nationale de musique. La routine est en quelque sorte devient Ecole de la rue, c’est en ce qui explique aussi la médiocrité dans la manière de faire de la plupart de nos musiciens.

Vous les musiciens El shamma et les autres musicens évangéliques qui oeuvrez dans le HMI, vous avez votre mérite.

MannoPetit pour le compte de Konpaevents.com.
coupdoeil22@gmail.com
Manno Petit

Comments

Continue Reading

Most Popular