Coup Doeil

Coup D’oeil Sur Les Textes Musicaux: Sa Fini by Cruz La

roody delpe

Si le marché de la musique est loin d’etre régulé et structuré, il parait de près fructueux et juteux. Cela s’explique par le fait que, d’un coté, les traditionnels big bands du konpa dirèk(Skah Shah, Tabou Combo, Bosa Combo) mettent en oeuvre et multiplient leurs stratégies pour reconquérir le marché. D’un autre coté, une averse de nouvelles formations musicales(Fresh Up, Cruz la, Envog, Panick La) avec les étoiles pleines les yeux et la tête pleins de rèves, tentent, d’investir le marché avec de nouveaux produits qui portent leur marque de fabrique.
     *Sa fini* est l’une des chansons sorties du nouvel opus de la jeune formation musicale Cruz La. Chanson et texte auxquels, on va éssayer de décrypter de fond en comble pour dégager les aspects latents et manifestes pour une compréhension plus ou moins satisfaisante
***Forme***
Sa fini est un texte écrit par Roody Delpé et Luckson Jean( co-auteurs) et chanté par Roody Delpé. L’orchestration et les arrangements sont assurés par Scooby, le maestro de cette formation musicale. La chanson est du genre Konpa, mais avec une connotation Konpa love, vue les differentes variétés apportées par nos talentueux musiciens.
Le texte s’inscrit dans la catégorie des textes poétiques. Il comporte 3 strophes et 2 chorus( principal et secondaire). Le texte est à la fois prosaïque tenant compte des 3 strophes et versifié quand on prend en compte le chorus principal.
Strophe I.
              Li fasil pou ou konnen.
              Lè mennaj ou ap ba’w kou […]
Strophe 2.
               Kounya sak rive’w cherie?
               Pouki sa ou chanje amour? […]
Strophe 3.
               Chérie di’m kote’w kanpe?
               Pouki I love you disparét nan bouch? […]
      On retrouve dans le texte certaines figures de rhétorique telles que la comparaison et la métaphore.
Comparaison:
               La vi an koup son sinema.
               Li gen acteur, actrice, mafia ( verse 2).
       On retrouve aussi d”autres expressions du texte que l’on appelle proverbe ou expression populaire dans laquelle on rencontre une autre comparaison.
               Yo toujou di evite miyò( comparant).
                Pase mande padon( comparé).
Le chorus principal est totalement écrit en vers avec des dispositions distiques (AA,BB).
                Gon moun ki sou kote.
                 Kape fon ti goute.
                 Fò’w pale ave’m chérie
                 Fò’w mete’m klè baby.
C’est au niveau de ce chorus principal sus-mentioné et  de la 3e strophe que l’on retrouve la métaphore comme 2e figure de rhétorique.
 3e strophe.
                  Sinyal sa map jwenn la.
                  Gon priz ladanl kanmenm.
Chorus secondaire que l’on ne retrouve pas dans le texte reçu mais qu’on a pu cerner à force d’entendre la musique plusieurs fois.
                    Ta sanble ke
                     Ke se nan rèv mwen ye.
Le texte parait en quelque sorte descriptif puisque les co-auteurs décrivent leur inconfortable situation. Une situation qui exprime le doute, de la mélancolie et de la soufrance. Le texte est totalement monologue( Kréyòl), avec une toute petite excéption, vue l’utilisation de certains mots français.
En fait, il y a toujours cette tendance chez nos auteurs à osciller entre la prose et la versification dans un même texte. Cela est le fait de la non-maitrise des textes poétiques qui n’admettent pas ce genre de pratique.

***Fond***

L’idée générale du texte serait de montrer les signes avant coureurs de l’infidélité dans une relation. Cependant, certains lyrismes utilisés au niveau des strophes ne contribuent pas trop a l’exploitation vive du sujet.
-Le proverbe utilisé dans la première srtophe:
*Yo toujou di evite miyò pase mande padon* apporte un problème sémantique qui empèche de saisir la progression idéelle des co-auteurs dans la strophe.
-Dans la 2e strophe, la comparaison utilisée pour illustrer une vie de couple comme un film de cinéma est acceptable, mais cette phrase * nan background chanje traka* n’assure aucune relation entre les 2 parties de la strophe et n’apporte pas aussi trop de clarté comme phrase de transition.
-Au niveau de la 3e strophe, une petite contradiction se fait sentir.
           […] paske’m pa renmen devine. (1)
           Gen yon priz ladanl kanmenm. (2)
*Kanmenm* marque la certitude de ce qu’on croit et de ce qu’on dit. Cela veut dire que les co-auteurs vont au dela de deviner. si’w panse gen yon priz sé ke ou devine, poutan ou di ou pa renmen devine.(ambiguité).
-2e contradiction du texte retrouvée au niveau du slogan:
             Chérie nan tout manti ou ban mwen yo se je t’aime nan mwen pi renmen.
              I love you too.
Le slogan est destiné à frapper les esprits avec un message court et répétitif. Il est par nature réductreur et séducteur et construit de façon spontannée. Cependant, ce slogan est inapproprié à l’esprit du texte. Il désapprouve ce qui est dit dans la 3e strophe.
               Chérie di’m kote’w kanpe?
               *Pouki I love you disparèt nan bouch*
si vous savez que ce Je t’aime est un mensonge et la réplique est un I love you too à quoi bon de demander pouki I love you disparèt nan bouch? ( ambiguité totale).
Un slogan peut etre sur toutes les lèvres, un effet de mode, mais l’utiliser aveuglement dans une musique peut tuer l’esprit du texte de la musique.
Le champs lexical utilisé( baw kou, dialog fini, i love you disparèt) exprime le caractère mélancolique, douloureux et douteux du texte. cependant, il paraitrait beaucoups plus adapté à un titre comme *Chérie kote’w kanpe* que Sa fini qui embrasse un peu moins l’esprit du texte.
Mis à part de ces quelques irrégularités qui n’handicapent pas trop la compréhension du texte, le message est persuasif. Il met l’accent sur les signes avant coureurs de l’infidélité, en particulier le doute.
***Musique***
L’orchestration est entrainante et bien soignée. Le hook (sa fini) à la première écoute peut hanter l’esprit et cole aux levres des mélomanes. Cependant, l’expression du solo keyboard n’exprime pas la sensibilité du texte. La mélancolie, la soufrance ne se font pas sentir dans le solo. Il exprime de préférence la gaité. C’est une inadéquation entre la philosophie du texte et la musique orchestrée. Problemes retrouvés dans la plupart des morceaux de nos musiciens.
Le chanteur parait aussi beaucoups plus un interprète que quelqu’un qui se met dans la peau de ce qu’il chante, de ce qu’il exprime. il ne joue pas trop le role d’acteur de son film. c’est la raison pour laquelle peu d’émotions et de sensibilité de ce qu’il chante se font sentir dans sa voix. Men li chante byen e li ka chante.
En fin de compte, le message de la chanson est clair et la musique en elle même répond à l’attente du moment. La musique peut aider à tout et chacun qui vit en couple d’accorder priorité à la communication, à la résolution des différends. On attend à ce que cette chanson poursuive seulement son petit bonhomme de chemin.

Mannopetit pour le compte de Konpaevents
Manno Petit

Comments

To Top